Association AGSJB | Musculation | Gymnastique | Santé | Bien-être

Les sports de combat et la musculation

Les sports de combat et la musculation



style=”display:block”
data-ad-client=”ca-pub-9710759790723354″
data-ad-slot=”6554882844″
data-ad-format=”auto”>

Les sports de combat et la musculation

Cela n’a pas toujours été le cas dans le passé mais actuellement, tous les experts s’accordent à dire que les entraînements d’une grande majorité de disciplines sportives doivent s’accompagner d’un programme de musculation afin de porter les qualités physiques et les performances de ces sports à leur plus haut niveau. Il en est de même pour les sports de combat et on va s’intéresser aux principales caractéristiques physiques qu’il est demandé d’acquérir aux pratiquants de ces activités et comment la musculation peut les aider à progresser.

Les sports de combat

Il s sont nombreux et on ne va pas tous les citer, mais les principaux se partagent en 2 catégories : nous avons les sports de percussion d’une part, qui comprennent le karaté, la boxe française, la boxe thaïlandaise, le full contact et le taekwondo. Dans ces disciplines, les contacts entre les adversaires ont la particularité de s’effectuer essentiellement par l’intermédiaire de frappes de mains et de pieds. D’autre part, nous avons les sports de préhension où les contacts sont axés sur des prises au corps pour immobiliser l’adversaire, il s’agit du judo, de la lutte et du ju-jitsu. On comprend d’ores et déjà que ces sports sont loin dans l’esprit et dans l’apparence physique de la pratique de la musculation où l’objectif se situe davantage au niveau d’une recherche esthétique ou de l’entretien de la forme physique.

Les qualités requises

Tous ces sports de combat et arts martiaux ont chacun leurs particularités mais d’une manière générale, on constate que les qualités physiques demandées pour être performants ne sont pas très éloignées, notamment pour ce qui concerne les sports de percussion. En effet, ces activités nécessitent une bonne condition physique qui va reposer sur l’endurance, la force, l’agilité, la puissance, la souplesse et l’équilibre. Toujours pour les sports de percussion, il est demandé de maintenir un niveau de forme qui va permettre des séries de frappes explosives sur la durée d’une compétition avec des phases de récupération active composés de petits déplacements et de récupération passive lorsqu’il y a des pauses. Pour s’adapter à toutes ces situations, le pratiquant des sports de combat va devoir être complet, à la fois résistant et endurant. Il devra développer sa masse musculaire pour amortir les chocs des frappes adversaires, tout en veillant à ne pas prendre trop de poids pour garder la vitesse d’exécution des coups de pieds et de poings (s’il s’agit de la boxe). Sans être pour autant massif, une robustesse musculaire est tout à fait indiquée pour répondre aux exigences de ces pratiques sportives.

L’entraînement en musculation pour les sports de combat

Cet entraînement sera donc différent de celui des culturistes dans le sens où les muscles devront être fonctionnels pour une action sportive. Le programme de musculation s’établira en fonction des périodes de compétition avec différents cycles de travail musculaire pour optimiser les capacités physiques du pratiquant. Pour développer toutes les qualités nécessaires aux sports de combat, on mettra en place un cycle d’entraînement en endurance dans un premier temps pour stimuler la filière aérobie et préparer les tendons, les ligaments et les articulations à un travail plus intense, de manière à éviter les blessures. Ce cycle consiste à effectuer des séries de 12 à 15 répétitions sur l’ensemble des machines avec des charges plutôt légères. Pour le cycle suivant, on travaille la masse musculaire, notamment au niveau du haut du corps avec des séries de 8 à 10 répétitions. Pour le troisième cycle, c’est la force explosive qui va être à l’ordre du jour : soulever rapidement des charges lourdes. On exécute des séries de 1 à 3 répétitions ou on effectue un travail en pyramidal ou encore en alternant des séries lourdes courtes et des séries légères plus longues. Enfin, un dernier cycle consiste à exécuter des mouvements spécifiques qui seront adaptés à la technique du sport de combat en question. Les cycles seront d’une durée de 3 semaines en moyenne. A la fin de chaque séance, il est important de bien s’étirer comme c’est le cas après tous les entraînements en , mais c’est encore plus vrai pour les pratiquants de sport de combat qui doivent veiller à conserver leur souplesse et leur agilité. Pour optimiser encore plus les chances de réussite au cours des combats, notamment lors des compétitions, il existe dorénavant des compléments alimentaires spécialement adaptés aux sports de combat qui permettent d’augmenter la force de frappe, la vitesse d’exécution gestuelle et la résistance, de bénéficier d’une récupération rapide et complète et de protéger les articulations. Toutefois, avant de choisir un complément alimentaire, il est important de vérifier la composition du produit car toutes les marques ne se valent pas. Nous vous conseillons, pour une consommation en toute sécurité, en termes de qualité et de prix, le site Nutrifitness avec les produits « Futurelab », dont les matières premières sont de très haute qualité.


style=”display:block”
data-ad-client=”ca-pub-9710759790723354″
data-ad-slot=”6554882844″
data-ad-format=”auto”>

 
Commentaires
 
Commentaires

Pas encore de commentaires.